être ou ne pas être

Pour exprimer une négation, l’adverbe « ne » est indispensable. C’est pourtant celui qu’on oublie !

La règle

Le langage parlé fait de plus en plus l’impasse sur l’adverbe de négation ne, d’autant plus qu’on ne l’entend pas après on suivi d’une voyelle. À l’écrit, il en va tout autrement : son omission passe pour une faute des plus impardonnables !

Ne s’emploie parfois seul, mais, le plus souvent, il est renforcé par d’autres mots : pas, point, jamais, plus, guère, aucun, nul, rien, personne, ainsi que la conjonction que, dans le cas d’une restriction.

négation récapitulatif

L’astuce

Le sens négatif de la phrase, ainsi que la présence de ces mots complémentaires (pas, point, jamais, plus, guère, aucun, nul, rien, personne, que) doivent nous alerter sur la nécessaire présence de l’adverbe ne. Faites un « ne » à votre mouchoir pour vous en souvenir !

Et, dans le cas des phrases avec on, afin d’entendre plus nettement le n’ de la négation, on peut remplacer on par nous. Ex. : On n’a aucune crainte. => Nous n’avons aucune crainte.

Cécile Vrignon, pour Orthogramm 

Pour vous exercer cette semaine sur cette règle, retrouvez-nous chaque jour sur notre page Facebook.

Pour aller plus loin, testez-vous gratuitement sur notre site Internet.