poissons

Le e.learning présentiel proposé par Orthogramm évalue et forme en orthographe et en grammaire toutes équipes, par catégorie, en entreprises. De la TPE aux multinationales. Savoir communiquer rapidement et sans erreurs est, aujourd’hui, un art à maitriser tout autant que les missions assignées aux managers actuels. Laurence Estival, de L’Express pourseformer.fr, dresse un tableau actuel des organismes de formation et de ces missions.

Gestion d’équipes, travail collaboratif, management 2.0… Les organismes de formation retravaillent les programmes dédiés à l’encadrement. Avec en ligne de mire l’instauration d’un certain bien-être au travail, une thématique au centre de nombreux nouveaux stages. Dans un contexte de crise où les organismes de formation font le gros dos, la tentation du «retour aux basiques» laisse peu de place à l’imagination… «Nous sommes davantage dans une période d’évolution que de révolution», résume Juliette Chapront, directrice marketing de Demos. Pour autant, la remise sur le devant de la scène des fondamentaux ne les empêche pas de «nettoyer» leurs programmes. Avec la volonté de préparer les managers à mieux assurer leurs missions.

Intégrer les facteurs humains.

«La réduction des coûts, à l’œuvre depuis des années, atteint aujourd’hui ses limites. Elle génère une surcharge de travail, du stress, une démotivation alors que, pour avancer, il serait plutôt nécessaire d’apprendre à se serrer les coudes», analyse Catherine Bétourné, directrice pédagogique de Docendi. L’organisme a ainsi inscrit dans son nouveau catalogue quatre stages pour les aider à modifier leur logiciel : du management relationnel, proposant aux participants d’intégrer les facteurs humains dans leur mode de gestion de leurs collaborateurs, aux entretiens de management, où ils sont conviés à s’entraîner à motiver leurs troupes, jusqu’au communication et leadership pour développer leur capacité d’entraînement, les différents thèmes abordés visent tous à réinstaurer la confiance…

Toujours plus de collaboratif.

Beaucoup d’organismes s’engagent dans cette voie. Priorité chez CSP Formation : instaurer un dialogue constructif qui passe par une formation des managers à la communication. Un stage de deux jours pour leur apprendre les fondamentaux vient d’ailleurs d’être créé.

Dans le management.

Chez EFE, c’est une formation de deux jours pour initier les cadres au travail collaboratif qui a été lancée, pour apprendre à écouter les autres, à les valoriser, à impliquer chacun dans la recherche de solution et en incitant au partage d’informations. Cerise sur le gâteau, EFE propose aux participants de partir à l’issue du stage avec «un plan de transition vers le management collaboratif» défini en s’appuyant sur leurs nouveaux acquis. «Trop de cadres croient encore que c’est en renforçant les contrôles qu’ils vont arriver à atteindre leurs objectifs. Le management de reporting, c’est terminé. Il faut faire l’inverse et tabler sur l’intelligence collective pour créer une nouvelle dynamique», souligne Marion Breuleux, responsable de l’offre RH.

Sur la Toile.

Pour l’organisme, cette démarche n’est que le premier étage d’une fusée destinée à propulser les managers dans l’univers du Web 2.0 et des réseaux sociaux d’entreprise qui se développent à grande vitesse. Afin de leur faire prendre conscience de ces nouvelles opportunités, EFE a initié un stage de deux jours «knowledge management 2.0». Idem chez Demos, avec la nouvelle offre sur deux jours intitulée «utiliser les outils Web 2.0 dans son management quotidien», ou chez Orsys, avec le stage «entreprise 2.0, management et systèmes d’informations». Pour armer aussi les animateurs de ces réseaux, Cegos a créé un nouveau cycle certifiant de neuf jours pour les former aux métiers de «responsable médias sociaux et community management». Une offre à laquelle s’ajoutent des modules de deux jours pour «apprendre à créer et à faire vivre un site collaboratif», à «maîtriser Google Apps» ou à «créer une page Facebook Pro».

Bien-être au travail.

Repenser les modes de management à l’aune du rétablissement de la confiance et du management collaboratif est aussi un préalable à l’instauration d’un bien-être au travail, autre thématique vedette.

hokusai-4

Prévenir les risques.

Les formations orientées vers une meilleure connaissance des risques psychosociaux continuent de fleurir, comme en témoigne notamment le nouveau programme «améliorer le climat social» proposé par Orsys, ou le cursus de dix jours «métier préventeur» mis en place par Demos. Une formation qui a un objectif plus large : «Nous formons des experts qui travaillent sur la prévention des risques liés à la santé, mais aussi sur la prise en compte de l’hygiène ou de l’ergonomie dans l’aménagement des lieux de travail», indique Juliette Chapront.

Redonner du sens.

CSP Formation a ouvert cette année une formation d’une journée sur «Les conditions de la qualité de vie au travail». Objectif : épauler l’encadrement à comprendre les enjeux et à identifier des pistes d’amélioration portant par exemple sur le développement de l’autonomie de leurs collaborateurs, la réduction des nuisances en tout genre (bruits, chaleur…) ou la promotion du télétravail. «Notre objectif est de les sensibiliser à la manière de redonner du sens au travail», précise Laurence Mignard, responsable du domaine qualité, santé et environnement, qui travaille sur ces sujets en partenariat avec un organisme québécois en pointe dans ce domaine.

Favoriser le développement personnel.

En dehors de cette offre de formation orientée vers les managers, les organismes de formation ont aussi enrichi leurs catalogues de stages courts de développement personnel destinés à l’ensemble des salariés. À l’image de Cegos qui propose deux nouveaux modules de deux jours pour «bien s’entretenir pour mieux protéger sa santé au bureau» ou «dynamiser ses ressources avec la sophrologie». Au programme, des exercices de relaxation, l’apprentissage de techniques de concentration et une initiation à la pensée positive. «Il faut entraîner son cerveau à faire face aux moments difficiles et à revenir à un rythme normal, qui est différent pour chacun d’entre nous», met ainsi en évidence Laure Canart, manager marketing.

Responsabilité sociale et environnementale.

«En renforçant ces formations, les entreprises demandent en réalité aux organismes de les accompagner dans la mise en œuvre de leur politique en matière de responsabilité sociale», conclut Michel Belli, directeur général d’Orsys. Signe des temps, l’organisme a renforcé ses formations dans ce domaine, en créant notamment un stage «communication RSE» ou un module «mettre en œuvre le développement durable dans les PME». Tout un programme…

Publicités